Les attentes du consommateur

 58 % des Français estiment avoir changé leurs habitudes de consommation au cours des deux dernières années.

Depuis trois ans en France, les produits bio a augmentĂ© de 32%. L’envie de consommer plus sainement rĂ©side aussi Ă  consommer sans OGM, et, de ce fait, acheter des produits signalĂ©s sans OGM : le 1er juillet 2012, en France l’Ă©tiquetage « Nourri sans OGM » a Ă©tĂ© instaurĂ©. (produits avec une alimentation est composĂ©e au minimum de 99,1% sans OGM dans la liste des ingrĂ©dients.).

carrefour-ogm

Un an après la mise en vigueur de ce label, l’UFC-Que Choisir a soulignĂ© le fait qu’il n’Ă©tait pas assez prĂ©sent : sur 7 enseignes enquĂŞtĂ©es, Carrefour et Auchan sont les seuls Ă  avoir, sous leurs propres marques, dĂ©velopper une gamme « sans OGM »Les consommateurs veulent aussi agir par leurs achats et non plus de manière consumĂ©riste. Pour se faire, la modification des modes de production ainsi que des relations entre producteurs et acheteurs sont des nĂ©cessitĂ©s. PrivilĂ©gier les produits locaux permet de consommer de manière solidaire. Ainsi cela vise Ă  acheter chez les producteurs proches gĂ©ographiquement du consommateur.

alterEco2Par ailleurs, le consommateur veut diminuer l’impact Ă©cologique et le gaspillage alimentaire. La grande distribution essaie de diminuer le gaspillage Ă©nergĂ©tique pour mieux rĂ©pondre aux attentes du consommateur. La première source de consommation avant l’éclairage et le chauffage est les rayons frais( 50% de l’énergie consommĂ©e). D’ici 2020, il est prĂ©vu la fermeture de 75 % des meubles frigorifiques.

De plus, éviter le gâchis alimentaire est  une demande des clients. Il est dû aux habitudes des consommateurs et à la vente des produits se périmant dans un délai très court.

Quelques chiffres du gaspillage alimentaire : c’est l’équivalent de 79kg de nourriture/personne dont 7 kg proviennent des produits non dĂ©ballĂ©s soit 5 300 000 tonnes/an comparĂ© aux 2 317 057 tonnes de dĂ©chets/an rejetĂ©es par la distribution.